Maschinentanz

Forum suisse traitant de la musique, l'art, la religion, la politique, et tout le reste.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Définition de l'extrêmisme

Aller en bas 
AuteurMessage
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Définition de l'extrêmisme   Jeu 21 Juin - 11:59

Qu'il soit de gauche ou de droite, religieux ou laïc, en bref quel que soit sa déclinaison, quelles sont ses caractéristiques? Quels sont les critères pour définir si quelqu un ou un mouvement est extrêmiste? Je vous propose d'essayer de passer au dessus du travail nauséabond fait généralement par les merdias qui se croient obligés de nous imposer leurs conceptions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
9-46

avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 21 Juin - 12:37

Djihad a écrit:
les merdias qui se croient obligés de nous imposer leurs conceptions...
C'est a mon avis une partie de la definition d'une action extremiste, j'ajouterais pour leur propre interet et au detriment des autres.

Ca rejoint le mode de pensee : "La fin justifie les moyens", evoque dans un autre topique.

Mais je pense que dans ce topic tu parles de l'extremisme negatif, celui qui n'agit pas pour la communaute tout entiere mais uniquement pour sa propre cause. J'ajouterai donc la notion d'egoisme et de vanite (a ne pas confondre avec individualisme) car l'extremisme est a mon sens une aspiration propre a chacun ou l'on se voit seul au sommet de son but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 21 Juin - 12:41

Allez je me lance... Bon je vois pas mal les choses en terme politique, formation oblige... Pour moi est extrêmisme tout ce qui peut remettre en cause les fondements de la démocratie ainsi que ses méthodes. Je définis la démocratie comme étant la forme élective qui permet l'exercice du pouvoir dont la légitimation se trouve dans le peuple qui forme la communauté sur laquelle va s'exercer ce pouvoir...

S'en suit donc que tout ce qui tend à délégitimiser le peuple porte des potentialités d'extrêmisme.

L'intégrisme religieux extrêmiste se rencontre en tout cas sous deux forme: celle qui accorde le pouvoir à un ou des individus en les déclarant de droit divin, ou celle qui dans une configuration donnée tente d'invalider les choix de la majorité ou des représentants de celle-ci par des voies autre que le référendum, l'initiative, en bref par des voies autres que celles employées dans une démocratie. Cela se retrouve dans l'idée de monarchie de droit divin ou alors dans le système iranien qui relit toute la legislation au regard de la Sharia et en expulse tout ce qui n'est pas compatible aux yeux de personnes qui ne bénéficient d'aucune légitimité démocratique. Si on admet que le droitdelhommisme puisse être une religion, alors un tribunal fédéral (pas élu de manière démocratique et théoriquement séparé du pouvoir politique) qui invalide des décisions populaires sous pretexte de non conformité avec la charia, pardon les droits de l'homme, alors ce tribunal porte en lui des germes pas sains d'extrêmisme religieux...

L'extrêmisme politique lui se caractérise également par la volonté de soustraire la gestion des affaires publiques à la population pour la donner à des personnes ne bénéficiant pas de légitimité démocratique. Staline n'a pas été élu par exemple. Si Hitler par contre l'a été, je pense qu'il faut également préciser que cette légitimité populaire doit être renouvelée régulièrement ce qui ne fut manifestement pas le cas. Je pense également qu'un représentant du peuple qui va à l'encontre de ce qu'a décidé un peuple de manière démocratique (exemple un traité constitutionnel) est également potentiellement un extrêmiste.

Maintenant il y a une autre dimension qu'il s'agit de dégager de la notion d'extrêmisme: celui qui attente à la vie d'autrui sans consentement démocratiquement acquis est lui aussi un extrêmiste: lancer un avion dans des tours remplies d'innocents est un acte de cette sorte, tout comme lâcher des bombes à fragmentation dans des manifestations, ou alors un meurtre pour des question de race...

Le problème qui se pose, je pense, est le suivant: à partir du moment où une tendance de type extrêmiste arrive au pouvoir et possède tous les relais de l'information, de l'éducation etc, il est probable qu'on puisse penser qu'elle n'est pas ce qu'elle est: il y a toujours moyen d'illustrer une illusion de pluralité et de justifier des actes antidémocratiques (droitdelhommisme par exemple)

De ces quelques reflexions à mon avis ressort une image de l'extrêmiste qui n'est pas forcemment celle que les merdias forgent...votre avis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perceptron

avatar

Nombre de messages : 448
Localisation : Lausanne / Valais
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 21 Juin - 17:53

Intéressant tout cela. Very Happy
Je suis d'accord, mais pas avec tout.

Citation :
Si on admet que le droitdelhommisme puisse être une religion,

Cela, il faudrait me le démontrer...

Si l'on admet 3 facette à la religion: croyance en un truc absolu, facette de pratique sociale et facette de culture, je crois que les droits de l'homme n'acceptent que la dernière facette.
Je n'ai pas vu de rituel droit-de-l'hommiste, pas de croyance en un dieu abstrait ou vérité absolue, divine droit-de-l'hommiste.
Il s'agit d'un ensemble de valeurs, d'un élément culturel récent, je pense.

Après, que ces valeurs soient légitimes ou pas, démocratique ou pas, évidemment, il est intéressant de se poser la question.

Cependant, pour ce que j'en connais, personne ne m'a prouvé que les droits de l'homme étaient fondamentalement mauvais, soit en pratique soit en théorie. Et, tout au moins, je pense qu'ils sont un moindre mal par rapport à d'autres idéologies, valeurs qui séparent l'espèce humaine en sous-groupes, catégories et donc en avantage certaines pour en désavantager d'autres!

Définition des droits de l'homme: détail intéressant, il est dit que les droits de l'homme sont des <<droits sacrés et inaliénables>>. Est-ce quelque chose de sacré au sens religieux? Partiellement? Totalement? Cela fait-il des droits de l'homme une religion?
On parle aussi des droits de l'homme comme un base morale: je pense que c'est en tout cas cela.

Une question: les droits de l'homme sont-ils mauvais en eux-mêmes ou bien est-ce leur application, leur utilisation politique qui est malveillante?

Après, je ne me prononce pas sur la suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Mer 27 Juin - 10:48

Alors comment d'autre pourrait on s'y prendre pour créer une religion divinisant l'homme selon toi?

Quand aux pratiques rituelles, je pense qu'on peut tout à fait considérer les assemblées générales de l'ONU comme une grand messe. Il en va de même pour toutes les organisations gauchistes droitdelhommistes, de leurs réunions. Convertir le fidèle est une préoccupation courante pour ces gens là, ils éditent d'ailleurs leurs encycliques publicitaires...

Tu peux chercher, je ne pense pas que tu puisses trouver un domaine religieux qui échappe à leur conception...

Là où ca devient "grave" c'est que contrairement au christianisme sous nos contrées, le droitdelhommisme n'accepte pas la distinction entre église et état, il se permet même d'interférer dans le processus décisionnel, invalidant des décisions populaires pour cause de soi disant non respect du texte sacré. C'est un peu comme ca que fonctionne l'Iran, un collège de gardiens de la révolution vérifiant les lois avec la charia...le droitdelhommisme n'est rien d'autre qu'une théocratie de gauche...

Citation :
Une question: les droits de l'homme sont-ils mauvais en eux-mêmes ou bien est-ce leur application, leur utilisation politique qui est malveillante?

Non ils ne me semblent pas mauvais en eux-mêmes, je pense plutot que leur conception relève d'une attitude idéaliste et naïve qui n'a pas pris en compte toutes les dérives possibles avec l'apparition des aberrations constructivistes... C'est une nouvelle fois là qu'il faut chercher l'origine des lectures olé olé qu'on en fait actuellement à certaines occasions...

Citation :
je pense qu'ils sont un moindre mal par rapport à d'autres idéologies, valeurs qui séparent l'espèce humaine en sous-groupes, catégories et donc en avantage certaines pour en désavantager d'autres!

séparer en sous-groupes et catégories ne veut pas dire hiérarchiser ces groupes... le principe des nationalités par exemple le prouve: je suis suisse, il est francais point barre. Ca ne veut pas dire que je suis supérieur ou qu'il l'est de part à notre appartenance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perceptron

avatar

Nombre de messages : 448
Localisation : Lausanne / Valais
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 28 Juin - 19:02

Citation :
Alors comment d'autre pourrait on s'y prendre pour créer une religion divinisant l'homme selon toi?

Mais, je ne vois pas où est la divinisation de l'homme! Il est au centre du questionnement dans l'humanisme, est-ce lui accorder une valeur divine?

Et puis pourquoi le diviniser?

Citation :
Quand aux pratiques rituelles, je pense qu'on peut tout à fait considérer les assemblées générales de l'ONU comme une grand messe.

C'est une blague??? lol!

Citation :
Convertir le fidèle est une préoccupation courante pour ces gens là, ils éditent d'ailleurs leurs encycliques publicitaires...

Wow! Tu fais montre de tes qualités rédactionnelles. Et argumentaires? Tu joues tout le temps sur la métaphore religieuse du droit de l'hommisme sans montrer qu'il y ressemble. C'est une idéologie, peut-être, là je suis assez d'accord, mais une religion, je demande à voir... Si c'est si clair pour toi, la preuve ne devrait pas tarder à tomber.
La conversion ou la persuasion, même combat: faire triompher l'idéologie auprès des masses.
Pourquoi donc sur cette base assimiler une idéologie à une religion? Des raisons!



Citation :
Là où ca devient "grave" c'est que contrairement au christianisme sous nos contrées, le droitdelhommisme n'accepte pas la distinction entre église et état, il se permet même d'interférer dans le processus décisionnel, invalidant des décisions populaires pour cause de soi disant non respect du texte sacré.

Facile d'"accepter" quand on nous impose quelque chose...

Cela présuppose que tu admets que le droitdel'hommisme est une religion.

Sinon, le texte n'est pas démocratique, je veux bien le reconnaître, adoption forcée qui ne le rend pas mauvais en lui-même...

Mais alors, le droitdel'hommisme faisant les mêmes erreurs que la religion, j'espère qu'on ne va pas venir me dire qu'alors la religion en ressort plus brillante?!

De plus, alors, les lois ne sont-elles pas toutes des textes sacrés? Les règles, la morale, l'éthique ne sont-elles pas sacrées dans une certaine mesure? Comment définis-tu le sacré en l'occurence, quelle limite fixes-tu?

Citation :
C'est un peu comme ca que fonctionne l'Iran, un collège de gardiens de la révolution vérifiant les lois avec la charia...le droitdelhommisme n'est rien d'autre qu'une théocratie de gauche...

Comparaison n'est pas raison!

Le principe est peut-être le même, mais les résultats ne sont quand mêmes pas équivalents, non?
Que d'images et de verbillages... Mais la nature intrinsèquement religieuse du droitdel'hommisme: dévoile-nous là!

Citation :
je pense plutot que leur conception relève d'une attitude idéaliste et naïve qui n'a pas pris en compte toutes les dérives possibles avec l'apparition des aberrations constructivistes...

Peut-être... J'aimerais que tu précises de quelles dérives tu parles.
Ensuite, en matière de naïveté et d'idéalisme, je ne conteste pas. Mais il me semble que ce n'est pas la plus naïve: il y a bien pire. Ce qui ne justifie en rien sa naïveté, mais irait plutôt dans le sens de dire que les droits de l'homme sont un moindre mal.

Mais, il faudrait définir droits de l'homme, droitdel'hommisme etc.



Citation :
séparer en sous-groupes et catégories ne veut pas dire hiérarchiser ces groupes... le principe des nationalités par exemple le prouve: je suis suisse, il est francais point barre. Ca ne veut pas dire que je suis supérieur ou qu'il l'est de part à notre appartenance...

En théorie, oui, mais en pratique non.
Cf. l'expérience des PGM de Tajfel
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 28 Juin - 20:39

Ca me fait un peu rire que tu parles de réthorique uniquement: je te parle de processus qui sont similaires et toi tu réduis ca à de la réthorique... A moi la peur...Sinon pour le reste cf topic y relatif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perceptron

avatar

Nombre de messages : 448
Localisation : Lausanne / Valais
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 28 Juin - 20:47

Je veux bien.
Ton argumentation, comme souvent, m'a semblée bien tendancieuse.
Tentative de ramener au religieux.
Je trouve que pour démonter le droitdel'hommisme il ne devrait pas y avoir besoin de ça.
Ensuite, ce sont tes comparaisons qui me gênent: elles me semblent vraiment faciles. Il faut que tu éclaircisses et définissent les choses.

A part cela, rhétorique, avec le h après le r.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 28 Juin - 20:55

Citation :
ce sont tes comparaisons qui me gênent: elles me semblent vraiment faciles.

Ce n'est pas au degré de complexité que l'on juge la pertinence d'une idée/argument...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perceptron

avatar

Nombre de messages : 448
Localisation : Lausanne / Valais
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   Jeu 28 Juin - 23:16

Bien d'accord, mais que tu compares religion et droitdel'hommisme, je veux bien mais ce n'est pas un argument.
Une comparaison ne me semble pas être un argument.
Cela demande à être prouvé ou doit-on accepter tes dires sans demander quelque "preuve"? Par exemple, en me montrant que la définission du droitdel'hommisme colle à celle de religion, non?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Définition de l'extrêmisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Définition de l'extrêmisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que pensez vous de la finition Shattered Glass ?
» Haute Définition
» L'Union européenne débat de la définition de la vodka
» Le scandale des fichiers audio Haute Définition
» Endroit pour commander produits de finition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maschinentanz :: Sektion N :: Politique/Société-
Sauter vers: