Maschinentanz

Forum suisse traitant de la musique, l'art, la religion, la politique, et tout le reste.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le phénomène "Second Life"

Aller en bas 
AuteurMessage
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Le phénomène "Second Life"   Dim 4 Mar - 22:32

Alors si j'ai bien compris le truc, "Second Life" est un monde virtuel qui permet à tout un chacun de vivre une autre vie (comme son nom l'indique) par l'intermédiaire d'internet. Cette simulation aurait séduit environ 4 millions de personnes à travers le monde. Des connaissances ayant fréquenté un peu cet espace m'ont avancé que ce chiffre était bien exagéré, que jamais plus de 20-30000 internautes s'y trouveraient en même temps (c'est une estimation hein). Second Life semble être utilisé par certains comme un espace publicitaire permettant de vanter un certain nombre de produits. On trouve également d'un autre côté toute une activité "sexuelle" qui s'y développe (quelle surprise sur le net lol! )

http://fr.wikipedia.org/wiki/Second_Life

Au delà de ces quelques petites considérations: que pensez-vous de cette possibilité de vivre une "second life" sur internet???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shilguia
Admin
avatar

Nombre de messages : 268
Localisation : Le chalet qui domine la montagne qui domine la forêt
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Dim 4 Mar - 23:26

C'est vraiment triste... Ce n'est pas le jeu en soit qui me déplait, c'est le fait que ça devienne une "société" virtuelle, dans le même sens que la vraie société. Je comprenne tout à fait que l'on puisse jouer à ce jeu, tout comme on peut jouer à WOW ou aux Sim's, mais quand on voit tout ce qui se passe sur Second life (ou WOW) (je pense à ce que tu m'as raconté, les réseaux terroristes, etc), le nombre d'heures que les joueurs y passent...

L'ordinateur et le monde virtuel me semble être une nouvelle drogue que l'on préviendra comme l'on prévenait les méfaits des drogues avant. La preuve : à Genève, un service pour les accros des jeux a été crée...

L'internet est un monde encore tout nouveau mais qui évolue à une vitesse phénoménale. Et je pense que c'est comme la science : les limites ne sont pas encore clairs. C'est à dire qu'on ne sait pas encore quand on va trop loin ou pas. Parce qu'entre la vie sur le net et la vraie vie, il ne reste qu'un pas...

Internet, nouvelle société de demain?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perceptron

avatar

Nombre de messages : 448
Localisation : Lausanne / Valais
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Dim 4 Mar - 23:38

Personnellement, ce genre de truc ne me dit rien du tout... Aucune envie d'essayer.
Je me contente de la Wii et de Zelda. Argh! :-P

Citation :
L'internet est un monde encore tout nouveau mais qui évolue à une vitesse phénoménale. Et je pense que c'est comme la science : les limites ne sont pas encore clairs. C'est à dire qu'on ne sait pas encore quand on va trop loin ou pas. Parce qu'entre la vie sur le net et la vraie vie, il ne reste qu'un pas...

Tout à fait d'accord! En effet, tu ne rejettes: tu parles de limites. Tu sous-entends qu'il faut une mesure à ce phénomène et qu'il n'est donc ni intrinsèquement mauvais, ni intrinsèquement bon: j'approuve tout à fait!
D'accord aussi avec l'idée que la frontière entre les deux vies est ténue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Dim 11 Mar - 19:04

Rien à ajouter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shilguia
Admin
avatar

Nombre de messages : 268
Localisation : Le chalet qui domine la montagne qui domine la forêt
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Ven 18 Mai - 23:57

D'un autre côté, il faut comprendre les gens qui jouent à cela pour un certain point:

Dans ce genre de jeux, on se créer son monde, avec SES inconvenients, SES pouvoirs, SES principes.
On construit - et s'enferme- dans ce monde dans lequel on aimerait vivre.

Vous me direz que s'ils veulent rendre le monde réel plus agréable, ils n'ont qu'à s0'investir, que c'est un peu facile que de dire : " ce monde me déplait, je ne cherche pas à le rendre meilleur, mais j'en créer un à ma guise".

Certes, mais les personnes sencées s'occuper de rendre notre monde meilleur montre de plus en plus un désintérêt pour cette optique, et en choisissent une autre, celle de l'avidité. Le pouvoir, l'argent, la reconnaissance. Finalement, eux aussi se créer un monde. Peut être plus nocif pour nous que ces mondes virtuels...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the-noise-item



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Sam 9 Juin - 12:30

Le virtuel, n'est pas la création d'un monde dans lequel on crée ses règles, son pouvoir et ses principes.

On évolue dans un monde qui implique tout cela, et ce que l'on fait, c'est tout simplement manifester ces normes qui sont imposées par le jeu lui-même et par la manière d'éprouver (et d'explorer) ces univers.

De plus, second life est en ceci plus une annexe de notre monde qu'un jeu video, en ce sens qu'il installe une nouvelle dimention au jeu : le manque absolu de finalité, et le fait que ce qu'il y a faire n'est pas intégralement imposé par les concepteurs (comme cela est le cas par exemple dans simcity : manque quasi-intégral ou intégral de finalité, mais possibilités limités et entièrements décidées par les concepteurs).

Second life, au contraire, te dis, maintenant que tu vis dans cet univers, c'est à toi de décider comment y exister, comment t'y manifester. C'est comme cela qu'il pousse aussi à l'imagination et à l'inventivité. Mais dans ce jeu, on est bien plus proche du soi-même du monde réel que du personnage. L'avatar est un moi fantasmé, une manière de se jeter en avant dans le monde presque nu derrière le masque. Alors que dans le monde réel, nous nous cachons véritablement derrière un masque qui nous dissimule par nécessité.

Beaucoup de monde critique Second life, en affirmant que c'est s'enfermer dans le virtuel. Je pense qu'il faut le considérer autrement. Ce jeu, on y entre avec ses capacités propres. On y crée des objets, des vêtements, on peut y jouer le disc jockey dans des soirées, photographier les avatars, organiser des expositions, et surtout, on peut valoriser ce travail en gagnant de l'argent avec. Il est un formidable moyen d'éprouver son imagination, de se la réveler à soi-même aussi, il est un autre moyen de se découvrir, de tomber le masque, malgré les pixels et l'avatar.

Alors évidemment, cela peut se faire dans le bon sens comme le mauvais, mais cela est le cas avec tout : voiture, alcool, etc.

De plus, dire cela, c'est nier le fait que le jeu video en ligne est un formidable moyen de resocialisation. Non pas avec les personnages, mais avec les joueurs. Mais comme cette resocialisation est interne à la communautée locale de joueurs, tout le monde (saufs les joueurs) refusent de la prendre en compte. Il y a régulièrement des rencontre entre les joueurs d'une même ville ou région, les joueurs jouent dans des cyber-café parmis d'autres joueurs et discutent ensemble. Personne ne s'inquiéteraient d'un groupe d'amis qui jouent au basket ou au foot à longueur de temps, qui utiliseraient tout leur temps libre à ça. Mais l'ordinateur fait peur, manifestement.

Il faut considérer le jeu pour ce qu'il est, une rencontre ludique avec l'autre et soi-même, et dans un deuxième mouvement, un lien avec l'autre, un terrain ou se rencontrer pour ensuite se retrouver également en dehors du jeu. Du virtuel.

Le problèmes des jeux videos classiques est qu'ils donnent un but à l'existence du personnage, un rôle défini auquel il se tient. C'est qu'il pose une distinction franche entre personnages importants et éléments vivants du décors, entre bons et méchants, chose qui ne se retrouve pas dans le monde réel. Ainsi, oui, il y a un risque réel de fuite, parce que le monde réel ne nous offre pas ou plus ce que l'on voudrait y trouver et qu'il ne nous permet pas de se la créer.
Second life non, il est aussi absurde que le monde réel, et j'aime y voir en plus de la dimension ludique, une dimention thérapeutique : le jeu nous permet sans apréhension de nous lancer dans l'existence, pour nous permettre de mieux nous connaître et nous montrer (quand cela réussi) que l'on peut effectivement réussir à exister à travers ce que l'on est ou fait, qu'il peut offrir un précédant pour nous aider à investir avec une plus grande confiance le monde.
Et évidemment, il ne faut pas perdre de vue les phénomènes de resocialisation qui se forment à travers les communautés de joueurs, même si elles sont exclusives, elles n'en sont pas pour autant quantité négligeable, et ont plus d'importance qu'on ne le croit.


(voilà, c'est en gros un résumé d'une série d'articles que j'avais commencé à rédiger il y a quelques temps sur le virtuel et les jeux videos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perceptron

avatar

Nombre de messages : 448
Localisation : Lausanne / Valais
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Sam 9 Juin - 12:59

Citation :
L'avatar est un moi fantasmé, une manière de se jeter en avant dans le monde presque nu derrière le masque. Alors que dans le monde réel, nous nous cachons véritablement derrière un masque qui nous dissimule par nécessité.

Cela rejoint exactement une lecture de psychologie sur les relations interindividuelles par internet. L'avatar pousse à la révélation de soi-même, paradoxalement.
On peut se cacher si facilement, cacher le nonverbal, le paraverbal, se contenter du verbal.
Beaucoup de barrières relationnelles sont enfoncées comme cela.
C'est une communication plus entre "esprits".
Dès lors, effectivement, pas besoin de tant de masques que cela. L'individu, souvent, saisit cette possibilité de maitrise de son "image" pour se dévoiler, le plus possible... Chose que des contraintes sociales (normes) et physiques (apparences, distance, lieu) et psychologiques (timidité) ne permettent pas toujours...

Citation :
Alors évidemment, cela peut se faire dans le bon sens comme le mauvais, mais cela est le cas avec tout : voiture, alcool, etc.

Very Happy Oui!

Notez que les gens qui critiquent n'en ont souvent aucune expérience, ou une faible, une "expérience pour l'expérience", sans véritable ouverture.

Citation :
De plus, dire cela, c'est nier le fait que le jeu video en ligne est un formidable moyen de resocialisation.

Il y a quand même un certain nombre de cas de dépendance, de problèmes, tels les hikikomori...
Là, il y a de la désocialisation, du retrait social fort. Ce sont plutôt des exceptions, et l'aspect endémique de ce problème me suggère une interaction avec la culture nippone...


Néanmoins, pour ceux qui diabolisent, qu'ils viennent me montrer des statistiques d'abord...

Je m'abstiens de tout jugement catégorique, car je n'y ai jamais joué.

A priori, je trouve l'idée de ne pas avoir de but intéressante. Cela contraste notre société pleines de buts et d'exigences, formelles ou intériorisées...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Sam 9 Juin - 13:32

Citation :
Second life, au contraire, te dis, maintenant que tu vis dans cet univers, c'est à toi de décider comment y exister, comment t'y manifester. C'est comme cela qu'il pousse aussi à l'imagination et à l'inventivité. Mais dans ce jeu, on est bien plus proche du soi-même du monde réel que du personnage. L'avatar est un moi fantasmé, une manière de se jeter en avant dans le monde presque nu derrière le masque. Alors que dans le monde réel, nous nous cachons véritablement derrière un masque qui nous dissimule par nécessité

Je regrette mais je vois mal quelles sont ces necessités d'avoir un masque dans le monde réel. C'est une question de vouloir uniquement qui nous fait mettre un masque. Personne ne force personne à en revêtir un, à se conformer aux volontés des autres. Cette pseudo liberté qu'on retrouverait donc dans Second Life n'en est pas une à mes yeux, c'est simplement l'expression de la lâcheté qui n'ose faire ses choix dans le monde réel. Et si on pousse le raisonnement encore plus loin, il est probable que les "contraintes" sociétales envahissent à leur tour second life. Pour quelle raison n'en serait il pas ainsi si la création et l'adhésion à celles-ci sont du domaine du choix volontaire?

Citation :
Beaucoup de monde critique Second life, en affirmant que c'est s'enfermer dans le virtuel. Je pense qu'il faut le considérer autrement. Ce jeu, on y entre avec ses capacités propres. On y crée des objets, des vêtements, on peut y jouer le disc jockey dans des soirées, photographier les avatars, organiser des expositions, et surtout, on peut valoriser ce travail en gagnant de l'argent avec

Pourquoi alors ne pas faire de même dans le monde réel??? Pourquoi s'enfuir si tout cela est déjà à portée de main???

Citation :
De plus, dire cela, c'est nier le fait que le jeu video en ligne est un formidable moyen de resocialisation. Non pas avec les personnages, mais avec les joueurs. Mais comme cette resocialisation est interne à la communautée locale de joueurs, tout le monde (saufs les joueurs) refusent de la prendre en compte.

Point de vue intéressant auquel je n'avais pas pensé. Cela dit, me vient une question: quantitativement et qualitativement que vaut cette resocialisation. Combien de personnes intéressantes le joueur aurait-il pu croiser et connaitre en allant boire un verre au bistrot du coin dans le temps imparti à second life? Va t'il augmenter plus ou moins le cercle de ses connaissances par rapport à celles aquises sur Second Life? (je parle bien de connaissances et pas uniquement de personnes croisées). Certes l'aspect quantitatif n'est de loin pas suffisant comme mesure d'analyse, il faut aussi admettre un aspect qualitatif, cela dit je peine à le définir...D'un côté je me dis que la réunion de joueurs d'un simple jeu en ligne ne peut amener à un échange beaucoup plus fourni que celui tournant autour du jeu lui-même. Maintenant pour second life c'est plus difficile j'avoue...enfin bon l'essentiel est de poser la question de la pertinence de cette resocialisation en comparaison de la désocialisation qui découle de l'enfermement devant l'écran...

Citation :
Personne ne s'inquiéteraient d'un groupe d'amis qui jouent au basket ou au foot à longueur de temps, qui utiliseraient tout leur temps libre à ça. Mais l'ordinateur fait peur, manifestement.

Je ne suis pas sûr que cela soit comparable: d'une part secoond life ne me parait pas vraiment être un jeu d'équipe, ne créant pas la solidarité et l'esprit d'équipe comme le font ce genre de sport...D'autre part, question santé (comme santé mentale d'ailleurs) les effets des deux activités ne sont absoluement pas comparables... Perceptron a raison de souligner les cas de dépendance et de problème, simplement je pense qu'il faut aller plus loin. Quiconque fait un peu de sport sait ce que cela peut apporter au point de vue physique (pour autant qu'on reste dans des normes acceptables bien sur sans produits dopants ou je ne sais quoi) tout comme au point de vue du bien être mental...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perceptron

avatar

Nombre de messages : 448
Localisation : Lausanne / Valais
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Sam 9 Juin - 14:11

Citation :

Je regrette mais je vois mal quelles sont ces necessités d'avoir un masque dans le monde réel. C'est une question de vouloir uniquement qui nous fait mettre un masque. Personne ne force personne à en revêtir un, à se conformer aux volontés des autres.

Franchement pas d'accord...

Tous les jours, notre comportement est modelé par les interactions sociales, les différentes situations...

Je crois que tout le monde a un masque, qu'il/elle le veuille ou non.

Citation :
Cette pseudo liberté qu'on retrouverait donc dans Second Life n'en est pas une à mes yeux, c'est simplement l'expression de la lâcheté qui n'ose faire ses choix dans le monde réel.

Oulàlàlàlà...

Pour quelqu'un qui n'y a pas joué tu y vas un peu fort...

La lâcheté, la fuite du monde réel, etc. peuvent tout aussi bien s'appliquer à l'usage de psychotropes, à l'art, à la religion, à la prière, à la méditation, ou à l'usage quotidien et généralisé de son imagination, de sa pensée...

Faut-il interdire cela? Et interdire, c'est ça la liberté???

Réel et imaginaire: deux dimensions interdépendantes et nécessaires.

Il n'y a pas lieu de fustiger l'une au profit de l'autre...
Un équilibre est souhaitable et c'est lui qui est déterminant en ce qui concerne le bien-être de la personne!
Et je ne vais pas aller dicter aux gens ce qu'ils ont à faire ou pas en ce domaine...

Citation :
Pourquoi alors ne pas faire de même dans le monde réel???

Il me semble qu'il y a certaines contraintes qui ne le permettent pas... J'en ai déjà évoqué.
D'autre part, j'estime que tous ceux qui ont trouvés "l'âme-soeur" sur le net peuvent comprendre sans explication, particulièrement, les timides, introvertis etc. La part d'imaginaire dans les relations par internet est grande. Mais, celle présente dans les relations de la vie quotidienne n'est pas négligeable pour autant!

La liberté se gagne, elle n'est pas et ne devient jamais acquise.
Les nouvelles technologies en offrent certaines, et en retranchent d'autres, c'est à double tranchant, j'en suis bien conscient...

Citation :
enfin bon l'essentiel est de poser la question de la pertinence de cette resocialisation en comparaison de la désocialisation qui découle de l'enfermement devant l'écran...

A ma connaissance, ce n'est pas du tout une priorité au niveau santé publique, pour l'instant.
La sédentarité, le manque d'activité physique, la mal- et la surnutrition sont des fléaux bien plus graves et bien plus coûteux à la société...

Citation :
Perceptron a raison de souligner les cas de dépendance et de problème, simplement je pense qu'il faut aller plus loin. Quiconque fait un peu de sport sait ce que cela peut apporter au point de vue physique (pour autant qu'on reste dans des normes acceptables bien sur sans produits dopants ou je ne sais quoi) tout comme au point de vue du bien être mental...

Il y a bien de la dépendance au sport aussi!
De la dépendance affective, de la dépendance à la bouffe etc.!
Cela ne veut pas dire que la dépendance n'est pas un problème! Elle l'est, mais dans certaines situations, plus ou moins souvent.

On n'a pas à pathologiser tout cela! Tu as bien lu et intégré la notion de "maladie", de "trouble psychique": notion discutée, discutable, fluctuante et relative!
Tu ne peux pas affirmer que cette personne est normale, celle là ne l'est pas, celle là est malade, celle là ne l'est pas...
C'est toujours relatif à un certain point de vue, un certain "outil de mesure", certaines normes et valeurs...
Ce serait perdre de vue l'aspect contextuel que de vouloir généraliser...

Il y a des gens qui présentent tous les signes d'une "pathologie", mais qui s'en sortent très bien, saussi peu soient-ils!
Plutôt que de se faire du souci exagérément pour des individus, qui sont a priori responsables, ont leurs facultés volitives et cognitives, sont bien intégrés et ne posent pas de problèmes, juste parce qu'ils qui passent le plus clair de leur temps sur l'ordinateur?
Pour contrôler les comportements? Cela, il ne faut pas l'essayer.
Pour imposer un modèle social? Cela, il faut l'oublier.
Pour faire de la prévention? Voilà une meilleure idée!


Il faut tenir compte, au moins un peu, de la rationnalité de l'acteur, de sa liberté, de sa capacité à savoir ce qui est bon ou mauvais pour lui!
Ceci exige surtout un peu d'humilité et de décentration.

Si la personne demande de l'aide, ne se sent pas bien, ou nuit à autrui, là, on intervient.
S'il y a des dangers majeurs, évidents en matière de santé publique, on intervient.
Mais, si c'est pour contrôler, moraliser, façonner les comportements de l'autre selon ses désirs, ses fantasmes (notez: son propre imaginaire), alors là, NON!


Mais qu'est ce que ça peut bien nous foutre si les gens font ceci ou cela chez eux?
On n'a pas à diriger leur vie, point!
Surtout quand elle ne touche pas à la notre de façon significative...



Ceci dit, il y a des problèmes. Il ne faut pas les nier.
Mais, comme je l'ai déjà dit, leur ampleur est inconnue et donc toute affirmation discutable!
Je la crois marginale: hypothèse.
Le fait qu'on ne la connaisse pas ne doit pas plus pousser à l'alarmisme, qu'à l'indifférence.
On ne sait pas! Point!


Il faut cesser d'assimiler des comportements hors-normes à des comportements relevant de "pathologies" psychiques ou "sociales".

C'est une manie stigmatisante, détestable, qui rabaisse l'autre, qui entretient une haine de sa différence...
Mais, pour quelle maigre consolation: affirmation de son appartenance groupale, estime de soi un tantinet plus positive... Bref, de l'imaginaire gagné sur la condamnation de l'imaginaire...

On assume les différences! On contient sa peur (elle bien irrationnelle et imaginaire souvent)!
---

Finalement, on voit bien que les "merdias" ont le chic pour inventer des problèmes qui n'existent pas, ou bien de façon marginale.

D'ailleurs, les informations qu'ils dispensent, dans quelle proportion sont-elles du réel ou du virtuel/imaginaire ?

Une question bien plus importante, selon moi (et je sais que c'est partagé). Ainsi, j'imagine qu'un topic "merdias" va prochainement voir le jour... Very Happy

_________________


Dernière édition par le Sam 9 Juin - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
9-46

avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Sam 9 Juin - 16:18

J'avoue que je n'ai rien lu de ce qui avait été écrit Embarassed , mais je donne le fond de ma pensée.

Quel est l'intérêt d'un tel jeu?
Certains ont vu une opportunité financière bien réelle, du coup on ne sait plus où est la limite entre seconde et "first" life.
D'autres sont là pour s'imaginer une autre vie, dans ce cas je trouve ça dommage pour eux : il devrait plutôt passer leurs heures à essayer de construire la leur plutôt que de glander devant un PC.
D'autres sont là pour faire leurs pubs...

Bref, on retrouve un peu tous les éléments de la vraie vie avec tous les défauts qu'elle comprend. Je ne vois donc pas pourquoi ce jeu a succité l'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: qu   Dim 10 Juin - 20:49

Citation :
Tous les jours, notre comportement est modelé par les interactions sociales, les différentes situations...

Je crois que tout le monde a un masque, qu'il/elle le veuille ou non.


Faudrait définir exactement ce qu'est ce masque alors... parce que je ferai remarquer que des interactions sociales, des situations etc tu vas les retrouver aussi dans le jeu...Donc non je ne suis pas d'accord avec l'argument du "tomber le masque"

Citation :
La lâcheté, la fuite du monde réel, etc. peuvent tout aussi bien s'appliquer à l'usage de psychotropes, à l'art, à la religion, à la prière, à la méditation, ou à l'usage quotidien et généralisé de son imagination, de sa pensée...

Faut-il interdire cela? Et interdire, c'est ça la liberté???

Qui a parlé d'interdire??? je dis juste mon avis rien de plus. Si on commence à interdire tout ce que je trouve débile on va jamais s'en sortir lol!

Citation :
Et je ne vais pas aller dicter aux gens ce qu'ils ont à faire ou pas en ce domaine...

Moi non plus, simplement dire mon avis dans le but d'amener une certaine reflexion...

Citation :
D'autre part, j'estime que tous ceux qui ont trouvés "l'âme-soeur" sur le net peuvent comprendre sans explication, particulièrement, les timides, introvertis etc.

Je ne vois pas vraiment le rapport avec second life... D'ailleurs je ferai remarquer en passant que la recherche d'une âme soeur sur le net a pour finalité d'intégrer celle-ci dans la vie réelle non?

Citation :
A ma connaissance, ce n'est pas du tout une priorité au niveau santé publique, pour l'instant.
La sédentarité, le manque d'activité physique, la mal- et la surnutrition sont des fléaux bien plus graves et bien plus coûteux à la société...

De nouveau je ne vois pas bien le rapport avec la santé publique là... J'exprimai simplement un questionnement en terme de socialisation laquelle était la plus bénéfique... Rien de plus... On ne parle pas en terme de légifération là...

Citation :





Citation:

Perceptron a raison de souligner les cas de dépendance et de problème, simplement je pense qu'il faut aller plus loin. Quiconque fait un peu de sport sait ce que cela peut apporter au point de vue physique (pour autant qu'on reste dans des normes acceptables bien sur sans produits dopants ou je ne sais quoi) tout comme au point de vue du bien être mental...


Il y a bien de la dépendance au sport aussi!
De la dépendance affective, de la dépendance à la bouffe etc.!
Cela ne veut pas dire que la dépendance n'est pas un problème! Elle l'est, mais dans certaines situations, plus ou moins souvent.

On n'a pas à pathologiser tout cela! Tu as bien lu et intégré la notion de "maladie", de "trouble psychique": notion discutée, discutable, fluctuante et relative!
Tu ne peux pas affirmer que cette personne est normale, celle là ne l'est pas, celle là est malade, celle là ne l'est pas...
C'est toujours relatif à un certain point de vue, un certain "outil de mesure", certaines normes et valeurs...
Ce serait perdre de vue l'aspect contextuel que de vouloir généraliser...

Une nouvelle fois tu n'as pas compris. J'ai simplement évoquer le fait que la pratique du sport est plus saine que celle de l'univers virtuel...J'pense que y a pas besoin de faire de longues études pour se rendre compte de cela... je vois mal où tu vois l'affirmation de la normalité ou non, de la maladie etc...La seule chose que j'ai dite allant dans ce sens c'est que tu avais raison de souligner l'existence de dépendances etc. Tu as d'ailleurs tout autant raison de souligner l'existence de ces mêmes dépendances dans le sport par exemple. J'ai parlé d'étendre la reflexion plus loin dans le domaine du bien être. Rien de plus...

Citation :
Il faut cesser d'assimiler des comportements hors-normes à des comportements relevant de "pathologies" psychiques ou "sociales".


Prochain stade: normalisation de la pédophilie et de la zoophilie alors...(je ne parle pas là sur un pied d'égalité avec second lie, c'était juste pour souligner l'absurdité du concept tel que tu l'avances) Pour autant que ni la bebete ni le gosse ne se plaigne... C'est vrai quoi après tout c'est une attitude stigmatisante
lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the-noise-item



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Lun 11 Juin - 11:02

Quand des personnages féminin arrivent dans l'univers de Second Life, il n'est pas rare qu'une horde de personnages masculins se jettent dessus à vouloir la violer. Cela n'est que du jeu, mais on sait que ce genre d'univers est souvent le moyen bien pauvre d'exprimer publiquement des fantasmes.

Evidemment, là, c'est du négatif.
Dans la vie réelle, on n'a pas toujours la possibilité de faire valoir ou exister certaines aptitudes, certaines idées, volontées, etc. Je croisée une personne très cultivée, qui ne pouvait pas au quotidien faire valoir cela parce qu'il était entouré de personnes pour qui cela est stigmatisant, tout aussi sympa qu'elles puissent être, il vaut mieux pas ne pas trop les écraser avec des choses qu'ils ne leur plait pas d'entendre. Le jeu permet de se libérer de cette bride sociale pour tomber le masque (ce type ayant plus la tête du mec à qui on demande ses papier que celle du mec qui peut tenir une conférence à l'université). Une place d'érudit dans une partie de jeu de rôle, ou de stratège ou de diplomate, peut représenter pour lui un moyen d'exprimer ses qualités et aptitudes, de les réveler, de, sous couvert du rôle, de tomber le masque.

Mais la réalité nous impose bien plus de masques que cela. Le mec qui veut tirer une fille, a plusieurs possibilités. Soit il se révèle à elle dans toute la violence de son désir au travers d'un rapport forcé et non consenti. Soit il accepte de porter un masque, de faire croire qu'il s'intéresse à elle, la charmer d'abord, créer un lien, et enfin la tirer. Ce masque est un rôle qu'il joue pour masquer ce qu'il pense, ce qu'il désire, ce qu'il recherche mais pour y arriver tout de même.
La fille peut y croire (pour elle alors, ce masque est l'entière réalité), ou refuser d'y croire et rester suspicieuse. Dans les rapports qui s'installent, elle essaye alors de déseler les contradictions entre les faits et le discours, le masque. Ce masque est une percée du virtuel dans la réalité, il est un espace de jeu social susceptible d'entre en contradiction avec la réalité, un virtuel qui se dissipe dès qu'il est révélé ou cesse d'être joué ou cru.

Le masque est le virtuel qui masque la réalité de notre être et que l'on peu lever quand on est dans le virtuel, ou tout n'est que virtuel sauf la part de réalité que l'on y projette, souvent, le "moi sans masque". Notre rapport à nous-même, en quelques sortes, s'inverse dans le virtuel et le réel. Dans l'un, on se masque en faisant croire que l'on s'expose, dans l'autre, on s'expose alors même que l'on croit se masquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djihad

avatar

Nombre de messages : 354
Localisation : La montagne qui domine la forêt...
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   Mar 12 Juin - 12:38

Citation :
Dans la vie réelle, on n'a pas toujours la possibilité de faire valoir ou exister certaines aptitudes, certaines idées, volontées, etc. Je croisée une personne très cultivée, qui ne pouvait pas au quotidien faire valoir cela parce qu'il était entouré de personnes pour qui cela est stigmatisant, tout aussi sympa qu'elles puissent être, il vaut mieux pas ne pas trop les écraser avec des choses qu'ils ne leur plait pas d'entendre. Le jeu permet de se libérer de cette bride sociale pour tomber le masque

A t'on vraiment besoin du jeu pour se libérer de cette pseudo bride sociale? Qu'est ce qui empêche cette personne d'élargir le cercle de ses connaissances (sans jeu de mot pourri à deux balles) dans la vie réelle?

Citation :
Mais la réalité nous impose bien plus de masques que cela. Le mec qui veut tirer une fille, a plusieurs possibilités. Soit il se révèle à elle dans toute la violence de son désir au travers d'un rapport forcé et non consenti. Soit il accepte de porter un masque, de faire croire qu'il s'intéresse à elle, la charmer d'abord, créer un lien, et enfin la tirer. Ce masque est un rôle qu'il joue pour masquer ce qu'il pense, ce qu'il désire, ce qu'il recherche mais pour y arriver tout de même.

peut être alors peut il aussi aller se soulager chez une pute ou une nana qui a juste envie de tirer un coup non? Et pour ce cas là, si il avait vraiment envie de se tirer une nana tu penses sincèrement que d'en tirer même 53 simultanément sur Second Life (si ca lui chante) ca va l'aider à réaliser ce dont il rêvait? Moi j'ai l'impression qu'il va même se frustrer encore plus là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le phénomène "Second Life"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le phénomène "Second Life"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La voix de "Still Life"
» [Chronique] Roar "Thrash 'Till Death - Metal for Life"
» L'album de Tiesto " Elements of Life"
» TIESTO "ELEMENTS OF LIFE" @ Hasselt 19/05/2007
» 12 " Free Life - There's Something Better 1979

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maschinentanz :: Sektion N :: Politique/Société-
Sauter vers: